17 juil. 2016

KERY JAMES LE VRAI POÈTE FRANÇAIS CONTEMPORAIN

Mouhammad Alix, le nouveau disque de Kery James – sortie en septembre 2016
Deux nouvelles chansons de Kery James viennent à propos à la fois venir en contrepoint de l’atrocité du 14 juillet à Nice et de l’incurie de notre classe politique actuelle.
Ci-dessous des extraits de ces chansons, et les clips vidéo



8 juil. 2016

SAVOIR OUVRIR LES POSSIBLES

A suivre ?
A Michael,
Rien d’important ne commence en en ayant l’air,
La vie nait d’un courant d’air, d’une porte entre-ouverte, d’un rendez-vous oublié.
Je me souviens de ton profil aperçu.
Un regard aléatoire en fin de journée entre deux rendez-vous,
À l’un de ces sites où vingt minutes de sexe peuvent de temps en temps surgir...
Et encore.
Ta photo parmi d’autres,
Un sourire, un rien de différent.
Envie d’envoyer un message,
Mais je n’ai que zappé au travers de cette possibilité.
Pas de peur, pas de crainte.
Évitement sans cause,
Je ne l’ai juste pas fait.
Un soir ou un matin, quelques mots de toi.
Y répondre n’était que normal.
Mais te voilà parti.
Loin,
De l’autre côté de l’Atlantique.
Est-ce la distance qui nous a rendus mutuellement plus séduisants ?
J’ose espérer que non…
Non, je ne crois pas.
Petit à petit, un rien qui se crée.
Un mot après l’autre,
Une phrase qui s’entremêle avec celle qui suit ou l’a précédée.
Petit à petit, s’est glissée l’idée que nous avions manqué l’un à l’autre,
Qu’un lien était possible,
Qu’il suffisait pour cela de profiter d’un avion.
Dans un peu plus de deux semaines, tu seras là.
Et nous commencerons à savoir.
Pour le meilleur, n’est-ce pas…

4 juil. 2016

UNE DOTATION EN CAPITAL À LA MAJORITÉ ?

« Inégalités » de Anthony B. Atkinson (5)
« PROPOSITION 6 – Une dotation en capital (un héritage minimum) doit être versée à tous lors du passage à l’âge adulte. »
« Une personne qui, depuis la date de lancement du nouveau programme, a satisfait pendant x années aux conditions donnant droit au child benefit aurait droit à x/ 18 de l’héritage minimum. Cela permettrait de mettre naturellement en œuvre le programme au fil du temps. »
« Sa proposition (en 2006) a été de fixer le montant à 10 000 livres. (Alfred Doolittle explique que, si on lui donne cinq livres, il fait « juste une bonne bamboche », mais que, si on lui en donne dix, « ça rend un homme prudent ») Le Grand suggère de financer ces paiements par une hausse des droits de succession. »

1 juil. 2016

COMMENT SE COUPER DU RÉEL ET DEVENIR HORS SOL

Attention à ne pas se déconnecter du réel
Ce billet est un extrait tiré de mon livre Neuromanagement publié en 2008. 
Toute ressemblance avec des femmes ou hommes politiques ne serait évidemment qu’une coïncidence ! 

Plus une entreprise est grande et puissante, plus elle risque de se déconnecter du réel et se croire invulnérable. Or le réel est bien là, dans et autour de l'entreprise. A un moment ou à un autre, il se rappellera aux bons soins de ceux qui l'ont oublié...
Certains succès montent à la tête
Cette entreprise était allée de succès en succès. Créée il y a maintenant plus de cinquante ans, elle avait rapidement pris une position de leader sur ses marchés et avait réussi à s’imposer mondialement.
Après cette phase initiale d’expansion, pour accroître son efficacité, elle avait progressivement automatisé tout ce qui pouvait l’être. Parallèlement, elle avait mis en place un plan de formation interne pour accueillir les nouveaux et accélérer l’apprentissage de ses recettes de succès. Tout ceci facilitait l’action quotidienne et permettait de se concentrer sur ce qui était nouveau.
Aujourd’hui, un sentiment de puissance s’est diffusée et elle se sent invulnérable aux évolutions de la conjoncture et des exigences des clients : elle a oublié tous les efforts faits dans le passé, et est convaincue d’être « naturellement » plus forte que ses concurrents.
Résultat, elle ignore de plus en plus sa concurrence, et étant experte, croit savoir mieux que ses clients ce dont ils ont besoin. Elle est de moins en moins capable de repérer les signaux faibles venant de son environnement et a tendance à oublier les points qui sont à l’origine de son propre succès.
L’entreprise continue à être dirigée de façon consciente, mais n’intègre plus les informations qui pourraient contredire ses interprétations, interprétations qui sont devenues des certitudes. 
Sans le savoir, sans s’en rendre compte, l’entreprise agit peut-être à contre-courant : elle est devenue insensible à son environnement, et donc vulnérable à toute rupture…
On est tellement bien chez nous...
Grâce à sa position dominante, la profitabilité de cette entreprise est largement supérieure à la moyenne du marché. Elle est assise à la fois sur des positions industrielles clés, sur le contrôle de quelques ressources essentielles et sur un savoir-faire industriel et marketing. Bref tout va bien…
Pour récompenser tout le monde, des avantages ont été accordés, année après année, aux salariés et à la Direction. Le sentiment d’appartenance à l’entreprise s’est renforcé au fur et à mesure du cumul de ces avantages.
Un accord tacite entre Direction, syndicats et personnel amène, à l’occasion de chaque négociation, à les renforcer, quitte à externaliser davantage de fonctions pour ne pas dégrader la compétitivité de leur entreprise : il y a de moins en moins de monde à l’intérieur et ceux qui s’y trouvent sont de plus en plus en décalage avec le « monde extérieur ».
S’est ainsi développé petit à petit un confort interne croissant qui n’incite plus à la vigilance. Finalement, tout le monde, Direction comme salariés, privilégie le développement de ce confort : le corps social de l’entreprise se coupe progressivement de l’extérieur. À la limite, on manage alors pour manager, on pense qu’une réunion est bonne parce qu’elle s’est simplement bien passée, et on oublie que tout ceci n’a de sens que si la performance réelle, celle vue par les clients et l’extérieur, s’améliore effectivement.
Devenue autiste, l’entreprise a tendance à protéger jusqu’au bout les avantages acquis, éventuellement même en mettant en péril sa survie…
Je n'ai pas besoin des autres
Créée initialement autour d’un produit unique qu’elle a mondialisé, cette entreprise a ensuite grandi rapidement en multipliant ses lignes de produits. Elle est experte dans la transformation d’une innovation en marché : identification des savoir-faire clés, industrialisation des processus, marketing et commercial ad-hoc, gestion de la marge et du profit…
Ce développement s’est accompagné de la mise en place de structures ad-hoc, d’une spécialisation croissante et d’une multiplication des interlocuteurs internes. Le système global est devenu de plus en plus complexe et l’atteinte de la performance suppose une collaboration efficace entre un nombre croissant d’acteurs.
L’intégration transverse est maintenant difficile à piloter et est de moins en moins maîtrisée. Une partie des acteurs en place se fait sa propre interprétation de la mission qui lui est allouée et de ce que peuvent attendre ou fournir les autres acteurs. Certains vont même jusqu’à se poser la question de la pertinence des structures  communes et de l’existence de l’entreprise en tant que telle.
Pourtant ces structures communes sont celles qui fournissent les ressources et les innovations. Finalement les délais de lancement des nouveaux produits s’allongent…
Et comme la multiplication des lignes de produit s’était faite selon un logique client et qu’elles s’adressent toujours le plus souvent aux mêmes clients, ceux-ci sont contactés en désordre et ne comprennent plus la logique de l’entreprise…
Finalement, plus personne n’a confiance en personne, et les processus internes deviennent redondants…
La performance globale se dégrade, mais personne ne s’en rend vraiment compte, car chacun est focalisé sur son périmètre. L’entreprise se fissure doucement et sûrement…
Des entreprises font des calculs qui ne veulent rien dire
Cette entreprise allait de la chimie de base à la chimie de spécialités, chaque ligne de produit étant centralement pilotée par une structure ad-hoc. En France, les organisations commerciales étaient dédiées à ces lignes de produits, mais, partout ailleurs, existait un responsable pays qui exerçait une supervision de toutes les activités locales.
Aussi « logiquement », ce responsable calculait la part de marché du groupe dans le pays. Cette part de marché était l’agglomération des parts de marché de chaque produit, et faisait une moyenne entre des produits n’ayant aucun rapport entre eux : quel sens pouvait avoir de mélanger des produits aussi dissemblables que les dérivés chlorés ou sulfurés avec des silicones, voire même des terres rares ?
La part de marché résultante n’avait donc aucun sens métier : ce n’était que le résultat d’un calcul et rien de plus.
Or comme le responsable pays avait un rôle historique important dans le groupe, elle était suivie au niveau de la Direction Générale et toute évolution de cette part de marché déclenchait analyse et questions.
Le système central construisait ses interprétations sur une donnée qui n’avait aucun sens réel et n’avait aucun lien avec les logiques de développement des activités dans les pays
 
Wikio - Top des blogs - Divers Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs [google0c47323989179519.html]